Voyages Philippines : de la rencontre avec le requin-baleine au plongeon de la mort

Caballero,

Wie ghet’s ? Décidément, tu auras vu du – ou plutôt, des pays, pendant cet Interrail. J’ai déjà hâte de lire la suite de tes aventures. Bon, si tu peux éviter de finir à nouveau en prison, c’est mieux…

De mon côté, j’ai décidé de te faire voyager, à nouveau, de l’autre côté de la planète. Après la chaleur de la lave, j’ai décidé de te faire replonger dans un environnement moins hostile. Bienvenue en Asie du Sud-Est, plus précisément aux Philippines et ses îles aux trésors.

P1240390
Les Philippines sont partagées par les différentes mers (Sulu, Celebes…)

7641 îles aux mille facettes

Ses îles ? Oui, très exactement, 7641 îles, pour tout autant de facettes différentes. Caballero, ne compte pas sur moi pour trouver un mot ou une phrase pour définir les Philippines, c’est tout bonnement impossible. Impossible de qualifier ce pays, tant il est différent, tant sa diversité est riche. Des rizières couleur émeraude de Luzon, au nord, aux mégapoles turbulentes – Manille et ses presque 2 millions d’habitants, des camionnettes (appelées jeepneys) bariolées aux volcans menaçants, des plages de sable blanc de Palawan aux poissons multicolores visibles à El Nido, les paysages changent aussi souvent que le temps – ou que l’humeur d’une femme enceinte.

 

Oui, c’était l’époque du Runningman challenge. Que Dieu me pardonne…

J’y ai retrouvé un condensé de tous les voyages que j’ai pu déjà te conter : un bout de la Réunion avec ses jolies plages et ses… requins – j’y reviendrai rapidement. Un soupçon de Mexique pour son côté tropical et ses bêtes pas accueillantes (frelon asiatique, ça vient d’Asie, et j’avais pas intégré cette donnée). Une pincée d’Ethiopie pour la pauvreté, les volcans pas accueillants et les zones interdites d’accès, au sud de Palawan notamment. Avec une constante, toutefois : partout, l’on retrouve des visages souriants. Des gens qui vivent dans une misère apparente, mais qui sont contents d’accueillir des touristes occidentaux – toujours plus nombreux, depuis quelques années.

P1240305
Les îles t’offrent un panorama à perte de vue sur l’Océan Indien

 

 

Depuis que les compagnies aériennes locales sont sorties de la fameuse liste noire européenne, on peut plus facilement aller y découvrir les trésors multiples. J’insiste sur ce mot : les Philippines, c’est un trésor. Moins connu que la Thaïlande, moins cher que Bali, le pays est une perle pour sa richesse culturelle et touristique. L’exemple parfait, c’est l’archipel des Visayas, situées au milieu du pays.

P1240412
Les plages t’offrent un panorama sur la sieste de l’après-midi.

Les trois principales îles – Cébu, Negros et Siquijor – permettent de découvrir l’histoire culturelle des Philippines, colonisée par les Espagnols – d’où la prédominance du catholicisme. De cette période subsistent des églises de pierre magnifiques et un esprit festif très chaleureux, semblable à celui de l’Amérique Latine. Les Philippins te parlent dans un drôle de mélange d’anglais et d’espagnol – le dialecte le plus parlé est le Tagalog – mais ils te guident volontiers en cas de besoin.

Par la suite, l’arrivée des Américains a apporté son lot de contrastes: des millions de véhicules sur des routes à une seule voie, des fast-foods et centres commerciaux à deux pas des bidonvilles… et surtout, des terrains de basket partout. Eh oui, c’est le sport national ! J’ai pu faire quelques paniers, et me sentir très grand (de taille) et fort (par le talent). Un court instant de gloire sur un terrain au fin fond des Philippines, ça ne fait de mal à personne. Les autres distractions vont te surprendre, mais sont assez atypiques : les Philippins sont amoureux… des combats de coqs et du karaoké.

La rencontre avec le plus gentil des requins

Mais les Visayas, c’est aussi – et surtout des paysages de cartes postales. Et des rencontres fabuleuses. J’ai ainsi pu, par exemple, nager avec un requin. Oui, moi, le trouillard de la Réunion qui ne voulait pas mettre un pied dans l’eau, j’ai nagé avec le plus gros des requins au monde. A l’impossible, nul n’est tenu mon cher ami !

IMAG3569[1]
Oslob, le spot le plus célèbre au monde pour la plongée avec les requins-baleines.
Depuis Cebu City, j’ai roulé environ trois heures sans trop d’encombre – en Asie, c’est déjà un exploit – pour atteindre Oslob, spot mondialement connu pour la plongée au milieu des requins-baleines. Les plus gros poissons du monde, Caballero, qui s’arrêtent depuis des siècles en ces lieux, au cours de leur migration – et qui depuis, font le bonheur des appareils photos sous-marins. Des espèces de mastodontes des mers, qui, pourtant, te paraissent d’une infinie gentillesse.

IMAG3570
Un masque, un tuba, des palmes, une pirogue, une baignade, un requin.

Pas besoin de bouteilles : un masque, un tuba, des palmes, et à 50 mètres de la plage, tu peux te mettre à l’eau. Et nager autour de ces pachydermes sous-marins, qui ont, par leur peau grisâtre tachetée, leur bouche énorme et leur comportement calme, plus l’air d’un éléphanteau qu’un animal mortel.

13522862_10153724076962218_6397547077340147758_o
Un requin, deux baleines #mercilerégime

Mais dans requin-baleine, il y a requin (merci, Arsène). Interdiction de faire un mouvement brusque ou de nager sous l’animal : il ne te mangera pas, ne t’avalera pas tout cru, mais d’un simple coup de nageoire, il peut t’assommer – voire te tuer. La consigne, elle est donc simple : pas touchew…

13503096_10153724076972218_2180069942033715347_o
Bon, c’est quand même beau, impressionnant, câlin, rigolo, cette bestiole.

J’aurais pu m’arrêter là, en matière de baignade. Mais tant qu’à être au bout du monde, autant continuer à en prendre plein les yeux. En termes de plongée, Apo Island, entre Negros et Siquijor, c’est le paradis. Tu as déjà rêvé de voir Némo ou les Tortues Ninjas en vrai, autre part que dans une salle de cinéma ou un aquarium ? C’est ici qu’il faut venir. Némo, il est là, avec ses cinquante mille jumeaux, en train de se balader. Donatello, Michelangelo et les autres tortues ne sont pas vraiment ninjas, – quoi que, si tu cherches à les toucher, elles peuvent vite te mordre – mais elles aussi prennent le soleil, au bord de cette île volcanique. Paradis, trésor… tous ces mots commencent-ils à résonner dans ton esprit ?

P1240418
Marine Turtle Area. En philippin, ça se dit: Kowa Bunga !!!

Le plongeon le plus frustrant de l’histoire

Ces dix jours aux Philippines ont tellement été riches qu’il m’est difficile de tout te raconter, Caballero. Je peux te conter pêle-mêle ma rencontre à Siquijor avec un… guérisseur, appelé « mangkukulam », adepte du bolo-bolo, une technique pour vous faire sortir le mal grâce à une pierre magique – je te remercie de ne faire aucun jeu de mots avec bolo-bolo…

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Et voilà comment avec un verre d’eau et une paille, je ne serai plus jamais malade !

Je peux aussi te parler de mon plongeon dans les chutes de Cambugahay et ses eaux limpides, là où personne n’a voulu se lancer, là où j’ai joué à Tarzan avec succès.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
Celle-là se passe de commentaires (enfin si : regarde les dzépaules !!)

Mais puisque je te parle de plongeon, j’ai envie de te raconter l’expérience la plus frustrante de ce séjour. Parce que bon, tout le monde croit que je suis un peureux, mais l’adrénaline, c’est mon truc. L’eau, la hauteur, le plongeon… tu as pu voir cela lors de nos sorties dans les Calanques ou au lac d’Esparron, plonger, j’adore. Et pas uniquement « en bombe, bébé » comme le veut l’adage. Aussi, lorsqu’à Apo Island, j’ai vu ce rocher de 20 mètres de haut, et ces jeunes philippins qui sautaient, j’ai pas réfléchi une seconde. J’ai observé, j’ai frétillé tel un mérou hors de l’eau, j’ai nagé aussi vite qu’un poisson-chat vers le spot, pour pouvoir sauter. J’avais déjà imaginé la combinaison : double vrille et salto arrière. Aux JO de Rio, c’était médaille assurée.

P1240419
Lui, il a sauté. Alors je vais faire comme lui. C’est pas haut.

En grimpant sur les rochers, petit à petit, la hauteur commence à devenir impressionnante. L’eau, du moins le trou d’eau dans lequel atterrir, paraît minuscule. Mais l’adrénaline est trop forte. Elle devient une drogue, elle terrasse le petit ange dans ma tête, qui me dit « ne saute pas, c’est dangereux, il y a des risques, on ne sait jamais… » Au diable les anges, ce sera le saut de ma vie. Le plus haut, le plus beau, dans une eau turquoise. Avec une vue imprenable sur ces plages magnifiques. Et sur mon guide qui, depuis 10 minutes, le teint livide, me fait des signes avec insistance.

rocher
Bon, en fait, on dirait pas, mais ça fait plus de 20m de haut. C’est un peu tendax…

Je n’avais pas compris pourquoi… jusqu’à arriver au sommet. Mon teint métissé a pu déjouer la vigilance de certains locaux pour grimper au sommet, mais une fois au sommet du rocher, les jeunes casse-cou m’ont démasqué. Et m’ont renvoyé à mes chères études, par la voie terrestre. « Non », tu le comprends dans toutes les langues. Tu l’assimiles d’autant plus, quand tu comprends pourquoi on t’a dit non. « En fait, ce rocher s’appelle le rocher de la mort. Chaque année, des dizaines de touristes intrépides se tuent en sautant de cet endroit. Seuls les locaux peuvent sauter, ils ont l’habitude. C’est formellement interdit pour les touristes » me dit mon guide. Vu sous cet angle-là…

 

Tant pis pour le plus beau plongeon de ma vie, j’ai privilégié la survie. Et préféré revenir la tête pleine de souvenirs, que passer le restant de mes jours au fond de l’océan Indien, terrassé par un requin-baleine ou écrasé sur des rochers. « C’est plus fun aux Philippines », dit le slogan. Autant y faire honneur…

Hâte de te lire,

B.

Asie Îles Par défaut Voyages Brian

Brayoune View All →

Amoureux des voyages, du sport en général - et du basket en particulier. Martégaou de naissance, partage mon temps entre la Provence et la Corse. J'ai réussi à faire de ma passion mon métier.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :