San Francisco, la belle (et rebelle) des Etats-Unis

Caballero,

Alors tu joues les Sherlock Holmes à l’autre bout du monde ? Merci pour tes explications mon cher Watson, une enclave française en Nouvelle-Zélande, c’était pas forcément élémentaire au départ. Sacré curiosité, belle description.

En parlant de curiosité, je suis à l’exact opposé de toi sur la planisphère. T’as choisi le pays le plus à l’Est sur la carte ? Je suis tout à l’Ouest des États-Unis. Plus de trente fuseaux horaires d’écart et vingt heures de décalage séparent tes montagnes et tes prairies, de mes buildings, mes grandes avenues… et mon pont, le plus célèbre du monde.

Et si tu es tombé amoureux de cette petite enclave d’Akaroa, j’ai effectué un joli bond dans le temps à San Francisco. Grimpe dans la Delorean, je t’emmène direction… les sixties !

IMG_1120

San Fran, des chercheurs d’or aux Twin Peaks (pas la série, hein…)

Avant de remonter cinquante ans en arrière, petit cours magistral d’histoire, géographie et d’anglais en même temps. Welcome to the West Coast, au beau milieu de la Californie. C’est ici, sur une péninsule, que s’érige San Francisco, qui tient son nom de Saint-François d’Assise : les premiers missionnaires à s’installer ici, au treizième siècle, étaient espagnols, ou plutôt, franciscains. Saint François, en espagnol… tu l’as, caballero ?

La voiture-câble qui te tire vers les sommets de la ville
Le Fisherman’s Wharf, où l’on trouve des boutiques et restaurants en tous genres
Union Square, le coeur historique de San Francisco
Alcatraz, prison rendue célèbre par son histoire et les films qui s’y sont tournés

Une influence espagnole qui a disparu au fil des siècles, pour ne laisser à « San Fran » que le nom à consonance hispanique – comme ses voisines de Los Angeles ou San Jose. Et des centaines de paradoxes, entre collines verdoyantes et artères bouillonnantes, entre quartiers luxueux et districts plus cosy, plus bohèmes. « Frisco » ne ressemble à aucune autre aux Etats-Unis. Elle est à la fois belle et rebelle. Ça vaut mieux que d’être moche et remoche…

IMG_1071
Le Presidio est un endroit parfait pour se détendre le dimanche

Une chose est sûre, elle a toujours attiré les chercheurs d’or. Les vrais, en 1849 – d’où les fameux 49ers au foot US – puis ceux d’un nouveau genre, installés depuis trente ans dans la Silicon Valley voisine. Elle a résisté à tout :les incendies qui l’ont ravagée, les tremblements de terre qui la menacent d ‘un jour à l’autre. Ici, flotte un doux parfum de paradis, d’immortalité. San Francisco tombera peut-être, mais se relèvera toujours. Elle attire aujourd’hui des travailleurs et des touristes du monde entier, pour sa gai(y)eté,son cadre de vie.

Au Pier 39, on peut apercevoir les fameux lions de mer. Attention, bête méchante!

Contrairement au reste des US, ici, un seul petit gratte-ciel, et deux collines jumelles, appelées Twin Peaks (tiens, tiens…) pour surplomber la ville, et la voir s’enfoncer, à la fin de la journée, dans le brouillard venu du Pacifique. En grand mélomane que tu es, tu reconnaîtras là la chanson de Maxime Le Forestier, qui disait « San Francisco s’embrume, San Francisco s’allume ».

C’est une maison bleue adossée à la colline… tu connais la suite

Un pont d’or pour le Golden gate

Des fleurs dans les cheveux. Des « gens gentils ». Une saison estivale d’amour. Finalement, c’est plutôt John Phillips qui avait presque tout bien résumé dans sa célèbre chanson, « If you’re goiiiiiiiiiiiing, to San, Fran, Ciscooooooo…. ». Des fleurs, des sourires et de l’amour. La ville aurait pu choisir cette phrase comme devise.En un clin d’oeil, San Francisco fait tomber amoureux tous ceux qui s’y aventurent.

Bon, ils ne sont pas si méchants, vu comme ça…

On y trouve des musées d’art modernes (le SF Moma, le musée De Young), des grands espaces de verdure (le Presidio, le Golden gate park, le Dolores park), la prison la plus célèbre du monde (Alcatraz) et même le tramway le plus célèbre du monde (le Cable Car).

IMG_1148
Le Cable-car peut se prendre quasiment partout !

San Francisco était connue pour être la capitale du mouvement hippie, elle est aujourd’hui la ville de référence pour la communauté homosexuelle – les drapeaux arc-en-ciel flottent haut dans le ciel de Castro, le quartier gay. C’est même une référence en basket, puisque les Warriors, double champions NBA en titre, jouent de l’autre côté de la baie, à Oakland. Tu seras gentil de ne pas confondre avec Auckland…

Et puis, le Golden gate. Le pont le plus célèbre du monde. Paraît-il aussi que, dans l’histoire du cinéma, c’est l’ouvrage qui a été le plus souvent détruit.

Le Golden Gate, nothing else to say !

Son teint orange montre qu’il prend bien le soleil – comme tout le monde, ici, en Californie. Passer sur le Golden gate, avec la chanson de John Phillips (ou Born to be wild) dans les oreilles, c’est déjà se fondre dans le mouvement.

 

Des images valent toujours mieux que mille mots – ou une chanson, Caballero.

20170602_114827
Photo rendue tristement célèbre par un foutu copilote d’avion…

Ex-fan des sixties…

Et se balader, fleurs sur la tête et cheveux au vent, à Height-Ashbury, c’est entrer de plein fouet dans la culture peace and love.

51 ans déjà que le « Summer of Love » a eu lieu…

Jerry Garcia, Janis Joplin, Jimi Hendrix… le quartier de Haight-Ashbury garde aujourd’hui encore la trace de ces grands artistes.

Les traces du Summer of Love à Haight & Ashbury sont toujours présentes

Des couleurs par milliers, des tags sur les murs, des boutiques frappées du logo peace and love… et le Golden gate park. Un grand espace de verdure, où le mouvement hippie a vu le jour, un soir de janvier 1967. La société américaine est alors en pleine transformation. Le fameux « American way of life » d’après-guerre s’instaure un peu partout.

IMG_1117

Mais à San Francisco, on ne fait rien comme ailleurs. Et la contre-culture hippie veut se faire une place au soleil. Le 14 janvier 1967, des milliers de personnes se réunissent dans le Golden Gate park pour assister au Human Be-In, un festival de musique animé par les illustres Grateful Dead, Pink Floyd, Janis Joplin… et Timothy Leary, le « pape » du LSD.

Ce rassemblement marquera le début de cette révolution hippie, marquée de trois sceaux : la musique, le sexe et le psychédélisme. De quoi attirer de plus en plus de jeunes américains, avec l’arrivée des beaux jours.

Le 21 juin 1967 marquera le début officiel du « Summer of love », traduit littéralement par l’été de l’amour : Haight & Ashbury était devenu la capitale des hippies, de l’amour libre et de la paix. Mais cet afflux massif de population a causé bien des soucis, de surpopulation, de drogues, de criminalité…

IMG_1180
Jerry Garcia restera à tout jamais gravé sur les murs de Haight & Ashbury

Cinquante ans sont passés depuis le « Summer of love ». Et la mauvaise réputation de Haight-Ashbury tend à disparaître derrière l’histoire, les tags, les boutiques, et l’attrait retrouvé du quartier.

IMG_1184
Amoeba music, le plus grand disquaire du monde. De quoi faire péter les dollars…
IMG_1185
Sunny Powers est l’une des commerçantes les plus influentes de Haight & Ashbury

San Francisco s’est effondrée, nage toujours dans le brouillard, s’embrume, s’allume… Elle reste peuplée de lumière et de fous. Mais tous ceux qui iront, en diront des nouvelles. Et connaîtront « SF » bien au-delà des chansons qui en ont fait sa renommée. J’espère que le voyage dans le temps t’a plu. Sinon,plutôt que la Delorean, prends l’avion et va découvrir cette fantastique ville. C’est un ordre !

Hâte de te lire,

B.

Continent américain Par défaut Voyages Brian

Brayoune View All →

Amoureux des voyages, du sport en général - et du basket en particulier. Martégaou de naissance, partage mon temps entre la Provence et la Corse. J'ai réussi à faire de ma passion mon métier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :