Hobbiton : histoire et photos du village du Seigneur des Anneaux

Comment aller voir le village des Hobbits ?
Forrest Gump chez Tolkien

Cher Caballero, alors que je suis revenu en France depuis un moment, je tombe aujourd’hui sur un article intitulé :

« Nouvelle-Zélande. Ils créent des moutons qui rotent et pètent moins. »

Me voilà donc doublement rassuré : moutons NZ et journalistes français sont entre de bonnes mains.

Pourtant, alors que tu m’as magnifiquement narré les chemins de ton pays corse lors de ta dernière lettre, ce n’est pas de moutons dont j’ai envie de te parler aujourd’hui. Mais d’une autre espèce aux pieds poilus, petite et robuste : les Chtis.

Comme c’est facile de vanner les Nordistes…

Non, évidemment, je tenais à te présenter ici les Hobbits, chers à JRR Tolkien et Peter Jackson, ainsi que leur village de Hobbiton, nichés en plein cœur de l’île du Nord néo-zélandaise.

Visiter le village du Seigneur des Anneaux.
« I’m going on an adventure ! »

Petite histoire du succès du Seigneur des Anneaux

Caballero, sais-tu qu’avant ce parc d’attractions grandeur nature qu’est Hobbiton, construit pour les besoins de la première trilogie de Peter Jackson, les origines du Seigneur des Anneaux s’avèrent être bien plus modestes.

Bien avant les milliards de dollars de recette. Avant Orlando Bloom et Liv Tyler. Avant Hobbiton et le tourisme lié à ce que beaucoup considèrent comme la plus grande œuvre littéraire du 20ème siècle, JRR Tolkien connût (majoritairement) un succès britannique à ses débuts. Après la parution du « Hobbit » en 1937, l’écrivain et universitaire achève en 1949 les 3 volumes du Seigneur des Anneaux.

Œuvre fondamentale du style fantasy, Tolkien travaille dessus, en fait, depuis 1917, alors que ce dernier a participé à la 1ère Guerre Mondiale, en France, dès 1916. En 1954 et 1955, ses 3 tomes sont publiés au Royaume-Uni et à faible tirage aux USA. Mais il faudra attendre 1965 et un format de poche pour que le Seigneur des Anneaux prenne enfin sa dimension mythique.

C’est assez ironique quand t’y penses Caballero. Mais pour arriver au triomphe cinématographique et économique des films de Jackson, il aura auparavant fallu que les hippies des campus universitaires américains et leurs idéaux anti-système s’approprient et vouent un culte aux bouquins du très aristocrate Tolkien.

Hobbiton Movie Set : un studio en plein air plus qu’un village

Lorsque l’on s’attaque à l’un des plus grands succès de l’histoire de la littérature mondiale, qui plus est au monde dantesque de la Terre du Milieu, il faut être ambitieux. Il aura ainsi fallu 8 ans à Peter Jackson et son équipe pour développer son projet de trilogie. Mais seulement 1 an et quelques mois de tournage.

Pour arriver à une telle efficacité, il faut être préparé !

C’est ainsi que le réalisateur Néo-Zélandais, qui a découvert le Seigneur des Anneaux à 17 ans lors d’un voyage en train de 12h entre Wellington et Auckland, balise tous les décors de son film sur sa terre natale.

Mieux, pour plus de réalisme encore, son équipe et lui-même entreprirent de construire « Hobbitebourg », le village des Hobbits, plusieurs mois avant les tournages de 1999 et 2000. Le lieu, aux collines multiples, au soleil généreux et à la nature verdoyante, ressemble au village imaginé par Tolkien : un rêve de campagne anglaise, post-industrialisation.

C’est ainsi qu’est né Hobbiton Movie Set, aux alentours de la ville de Matamata. Un studio en plein air où furent tournées nombre des scènes du Seigneur des Anneaux et du Hobbit. Mais aussi un parc d’attractions pour les geeks du monde entier. Dont je fais partie.

C’est ainsi cher Caballero que, de façon très chronométrée, avec mon groupe de touristes, j’ai pu passer 2h dans les têtes de Tolkien et Peter Jackson…

Hobbiton en 10 photos

hobbitebourgmaison-village-hobbitvillage-hobbitphoto-hobbitonmaison-hobbithobbitongeek-seigneur-des-anneaux
Qu'est-ce que le Seigneur des Anneaux ?
Glandalf
maison-hobbiton
Comment se rendre à Matamata en Nouvelle-Zélande ?
Quand les 2h de visite sont passées et que tu commences à boire à la taverne pour oublier qu’il faut partir.

Nouvelle-Zélande

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :