Hong Kong : trois jours de luxe dans le plus bel hôtel d’Asie

Caballero,

Je vais te faire une confidence : je n’ai jamais vu ni lu le Seigneur des Anneaux. Que le bon Dieu me pardonne – s’il ne le fait pas, je tenterai de faire illusion en lui parlant d’Hobbiton, c’est promis.

En revanche, si je t’imagines volontiers dans la peau de Golum Frodon, est-ce que toi, Caballero, tu m’imagines dans la peau d’un milliardaire? Un genre de Bill Gates 2.0, qui a tellement d’argent qu’il peut se payer du caviar au petit déj ou un tour en hélico au goûter? Du richissime héritier, ou de l’heureux gagnant à l’Euromillions? Et bien oui, cher ami, j’ai eu la chance de vivre cette expérience. Bienvenue dans une vie – et dans un hôtel – que l’on ne connaîtra probablement jamais…

Luxe, calme et volupté

La vie de milliardaire, donc. Que celui qui n’en ait jamais rêvé se taise à jamais, car il sera un fieffé menteur. On s’est tous un jour imaginés, nager dans la piscine de pièces comme le faisait Picsou quand on était minots. On a tous rêvé de s’acheter LA belle maison, LA belle voiture, de s’offrir LE beau voyage dans LE bel hôtel. Pour moi, ce fut cette dernière option – grâce à un énième voyage de presse. Le but? Faire la promotion du Peninsula Hong Kong, cet hôtel installé sur les rives de l’île de Kowloon depuis 1928, et rendu célèbre par James Bond et « l’Homme au pistolet d’or ».

IMAG2578
The Peninsula, the myth, the legend…

Quatre jours dans cet établissement, souvent cité comme étant le plus bel hôtel d’Asie. Je te le concède, il y a pire, comme reportage. Surtout lorsque tu apprends que les 13 heures de vol, de mon escale d’Istanbul jusqu’à la destination finale qu’est Hong Kong, se font en classe affaires dans un Airbus A380. Ma foi, pouvoir s’allonger dans un avion et dormir aussi bien que dans un lit, avoir un chef qui te prépare à la minute ton repas, et boire du champagne à volonté, tout cela suffisait déjà bien assez à mon bonheur. Mais notre organisatrice nous avait prévenus : ce n’était que le début des réjouissances.

IMAG2773
Petit buffet de desserts dans l’A380. On s’habitue vite à la business class…

Parce que, à la façon d’une star de cinéma, d’un champion sportif, ou d’un richissime homme d’affaires, le Peninsula avait décidé de nous accueillir en stars. Bon, il aurait quand même fallu nous prévenir un minimum. Moi, quand j’ai vu cette Rolls Royce Phantom garée devant l’aéroport, j’ai dégainé mon portable pour prendre des photos, mais quand le chauffeur m’a ouvert la porte, j’ai pas compris que ça allait être mon moyen de transport jusqu’à l’hôtel…

IMAG2560
Rolls Royce Phantom à l’arrivée. MP, comme « Mammamia Purée » !

Classe. Simple, à l’anglaise. Il ne manque que le monocle et le brandit. Une petite coupe de champagne en guise de bienvenue, un chauffeur ganté qui me demande si la température est ni trop basse, ni trop élevée, ces vingt minutes de trajet jusqu’au majestueux hôtel sont parfaites. Forcément, l’arrivée l’est tout autant : je n’ai ni à récupérer mon bagage, ni même à ouvrir la porte. Ça change des vols Ryanair et des auberges de jeunesse.

IMG-20151120-WA0060
L’hôtel, vu de l’hélicoptère. Où comment prendre de la hauteur

 

Et puis, deuxième claque. L’hôtel. THE FUCKING HOTEL. Un lobby immense. Des colonnes en marbre. Une fontaine magnifique. Cinq restaurants. Et des boutiques de luxe, partout. Si tu as oublié ta veste, tu peux acheter du Dior ou du Yves Saint Laurent, pas de problème. Si tu veux aller te baigner, tu as le choix entre piscine extérieure et piscine intérieure – celle avec le spa et le hammam à proximité. Dur de choisir.

P1220374
La devanture mythique du Peninsula avec sa fontaine géante
IMAG2595
Le « lobby », cet accueil où tu peux déjeuner, dîner, et même faire tes emplettes
IMAG2645
Petite piscine intérieure avec vue sur la skyline.

Là, je commence à comprendre « The Peninsula Experience ». Quand je rentre dans la chambre, on passe un niveau supplémentaire. Faut dire que, avec un tarif de base à 650 euros la nuit, j’ai pas vraiment l’habitude. C’est tellement grand que je ne vois pas ma valise posée dans l’entrée. Je suis subjugué par la baie vitrée et la vue sur Hong Kong Island et cette rivière qui coupe la ville en deux. Je mets aussi du temps à comprendre comment fonctionne cette tablette tactile, qui contrôle toute la pièce. En fait, depuis ton lit, tu peux ouvrir les rideaux, faire couler ton bain, commander une pizza, demander à ce qu’on vienne chercher ton linge… bon, j’ai demandé qu’elle m’emmène Scarlett Johansson, mais elle a beugué pile poil à ce moment-à. Satanée technologie !

 

Et c’est là que je découvre le détail qui tue. La salle de bains en marbre? Les trois lavabos? La baignoire immense? Non, la télé incrustée au-dessus de la baignoire immense? NON, LA PUTAIN DE TÉLÉ INCRUSTÉE AU-DESSUS DE LA BAIGNOIRE QUI DIFFUSE DES MATCHS DE NBA !!!

IMAG2671
1. oui, j’ai des grands pieds, 47,5. 2. je crois que les Bucks avaient gagné ce match

 

« The Peninsula Experience »

Profiter de la chambre – tout du moins, de l’hôtel en lui-même, aurait pu suffire à mon bonheur. Mais non, être au Peninsula, je te l’ai précisé au-dessus, c’est une expérience. C’est, comme le répète le directeur de l’établissement – que l’on surnommera ici Maître Dong – offrir au client un moment inoubliable.

C’est, par exemple, prendre le petit déjeuner gastronomique dans le restaurant panoramique au sommet de l’hôtel, puis grimper sur le toit pour embarquer dans l’hélicoptère privé du Peninsula. Pour, en toute simplicité, survoler la ville au lever du jour.

IMAG2600
Petit survol de la ville de bon matin, oklmmmm

C’est, pour aller visiter la ville, la mise à disposition de la Mini cooper de l’hôtel, avec GPS en français dans le texte, pour sillonner les larges avenues de Hong Kong. Faut juste s’habituer à la conduite à gauche…

IMG-20151121-WA0009
Non, la voiture ne s’appelle pas stylo, merci…

 

C’est, faire une petite dégustation de caviar, assorti de son petit champagne Marius Ruinart Blanc de blancs. Là encore, en toute simplicité, avec un chef suisse qui t’apprend à décrypter les saveurs diverses du caviar, que tu mets sur la base de ton pouce, pour mieux écraser les oeufs contre ton palais ensuite. Et si le champagne n’est pas à ton goût, une petite vodka peut faire l’affaire, ne t’inquiète pas.

 

 

C’est, enfin, aller prendre un dernier cocktail au Felix bar, avec le plus beau rooftop de la ville. Tenue correcte exigée – comme dans tout l’hôtel, cela va de soi – mais effet garanti. Une fois arrivé au 28e étage, l’ambiance lounge, le joueur de piano, l’excellentissime cocktail te rappelle le privilège d’être en ces lieux.

IMAG2669
L’ambiance au Felix Bar, très sympathique

Ah oui, la visite de Hong Kong…

En fait, j’ai tellement été happé par cet hôtel que j’en aurais presque oublié de te faire faire le tour de la ville. Alors, bienvenue sur l’archipel de Hong Kong, ses centaines d’îles, ses buildings qui grattent le ciel et ses lumières par milliers.

IMAG2604
Hong Kong vu de l’hélico, part 2

Pour mémoire, Caballero, ça fait environ vingt ans que Hong Kong a été rétrocédée à la Chine par le Royaume-Uni. Et bien sûr, ici, on y vient prioritairement pour parler business. Le quartier financier ressemble étrangement à la « City » de Londres, par son architecture et son effervescence quotidienne. Mais il suffit de s’éloigner quelque peu de Kowloon, l’île principale, pour se replonger sur le continent asiatique. Au détour d’une rue, l’on tombe sur un temple aux mille couleurs où les Hongkongais viennent prier ou bien chercher à connaître leur avenir. Dans le cœur historique, ce sont les odeurs de poisson séché et de remèdes chinois, vendus en gros, qui sont légion. Le soir, une balade au Temple Street Market permet de se plonger dans le fourmillement qui caractérise tant l’Asie.

IMAG2614
Si tu veux te faire un remède à base de sang de serpent ou de carapace de tortue…
IMAG2582
Temple street market et le bonheur de se balader à HK by night

Et pour les amoureux de la nature, il suffit d’une balade sur le Peak – le quartier résidentiel le plus haut de la ville -où d’une traversée en bateau de Kowloon à Central pour se rappeler qu’avant d’être la capitale commerciale de l’Asie, Hong Kong est avant tout un archipel au bord de la mer de Chine composé de centaines d’îles, dont certaines
sont plutôt paradisiaques. Aujourd’hui, Hong Kong demeure sensiblement différente du reste de la Chine. Elle se démarque surtout par son côté cosmopolite, mêlant toutes les nationalités – le contingent français est d’environ 18 000 personnes – et s’ouvrant largement sur le monde.

IMAG2574
Un petit canard laqué au passage? 
P1220378
Mi anglaise, mi chinoise, HK se découvre avec plaisir.

Caballero, tu l’auras compris, ce voyage princier, au royaume du luxe, était plutôt incroyable. J’ai d’ailleurs encore des étoiles dans les yeux rien qu’à te le raconter. Je te souhaite de pouvoir vivre un jour l’expérience Peninsula, pour ma part, tu l’auras compris, c’est plus que validé ! Ah oui, j’oubliais : la facture totale de ces trois jours dépasse les 25000 euros, au cas où tu aurais envie de revivre ma vie de pacha, où l’offrir à ta chère et tendre. Quand on aime, on ne compte pas, paraît-il…

Hâte de te lire,

B.

 

 

 

 

 

Asie Par défaut Voyages Brian

Brayoune View All →

Amoureux des voyages, du sport en général - et du basket en particulier. Martégaou de naissance, partage mon temps entre la Provence et la Corse. J'ai réussi à faire de ma passion mon métier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :